Doc éolienne

Quelques documents que ne ne manquerais pas de mettre à jour.

 

 

 

 

 

/../../../../uploaded/2005avrilleseoliennes-cle69d86c.pdf

 

 

 

 

 

 

 

 

/../../../../uploaded/eole.pdf

 

Les éoliennes,

des danseuses bien encombrantes !

 

Le vent est gratuit. Mais l’électricité d’origine éolienne est chère[1]. C’est tout le paradoxe de l’éolien.

 

Les gagnants :

La vogue des éoliennes fait beaucoup d’heureux :

  • Les industriels des éoliennes (essentiellement Danois et Allemands) et leurs importateurs français : La loi[2] leur assure de juteux marchés.
  • Les municipalités : beaucoup de maires ne sont hélas pas insensibles aux charmes de taxes professionnelles substantielles, au mépris de l’environnement et de leurs administrés.

-L’industrie gazière

 

Les perdants :

Les perdants sont malheureusement beaucoup plus nombreux :

  • Le patrimoine français : nos campagnes, nos côtes, nos monuments historiques, voire nos villages, qui font tout le charme de nos belles provinces seront défigurés.
  • Le climat : les éoliennes ne fonctionnent en moyenne que le quart du temps. Comme on a besoin d’électricité tout le temps, ce sont des turbines à gaz qui les remplaceront pendant les trois quarts du temps, notamment lors de tempêtes ou en l’absence de vent (périodes anticycloniques correspondant aux grands froids d’hiver et aux grandes chaleurs d’été). Ainsi, et contrairement à une idée répandue, l’éolien produit indirectement beaucoup de gaz à effet de serre.
  • Notre balance des paiements : Le gaz, indexé sur le pétrole, est totalement importé[3].
  • Le tourisme : Les visiteurs se détourneront des régions couvertes de champs d’éoliennes[4].
  • L’immobilier : Personne ne voudra acheter des maisons à proximité de ces éoliennes[5]. Les futurs riverains devraient réaliser que leurs biens seront dépréciés du jour au lendemain.
  • Tous les Français : Nous paierons notre électricité plus cher. Si la loi oblige les producteurs d’électricité à racheter le courant d’origine éolienne trois fois plus cher que s’il était produit autrement, c’est finalement nous qui paierons la différence : par nos impôts pour financer les nombreuses[6] subventions à la construction et par notre facture d’électricité alourdie.

 

 

 

Avec 93% de son électricité produite sans rejets de gaz à effet de serre (nucléaire et hydraulique),


La France n’a aucun besoin d’éoliennes [7].

 

Éoliennes ou pas, le seul vrai problème de pollution atmosphérique et de santé - les transports - reste entier.

En revanche, l’eau chaude solaire économise du pétrole, du gaz, de l’électricité et limite réellement les rejets de gaz à effet de serre[8].

 

[1] Le « combustible » éolien est certes gratuit, mais l’investissement et les frais d’entretien sont considérables, étant donnée la faible production unitaire ; ainsi le prix de revient du kilowattheure est triple de celui produit à partir de centrales « conventionnelles ».

… Un peu comme une Rolls-Royce qui ne consommerait presque pas d’essence : elle ne serait tout de même pas à la portée de tous !

[2] Une Directive Européenne oblige les Etats membres à produire 12% d’électricité d’origine renouvelable en 2010. En France, cela représente 50 TWh, soit 22 000 éoliennes de 1MW (100m de haut) plus 220 turbines à gaz de 100 MW.

[3] Notons que nos grands fournisseurs de gaz naturel sont Russes, Iraniens, Algériens et bientôt peut-être Libyens et Irakiens : ce qui n'est pas très rassurant sur le long terme !

[4] Il faut 5000 éoliennes, chacune de 100m de haut avec un rotor de 80m de diamètre, pour remplacer − par exemple − la production d’un seul réacteur nucléaire de type EPR.

[5] L’effet « stroboscopique » des pales cachant le soleil à intervalles réguliers est difficile à supporter pour le système nerveux : une nuisance qui vient s’ajouter au bruit et à l’effet visuel général.

[6] Subventions européennes, aides gouvernementales de l’ADEME, subventions régionales, etc.

[7] Ce qui n’est pas le cas des « champions européens de l’éolien » : l’Allemagne et surtout du Danemark qui, bien que couvert d’éoliennes, produit 90% de son électricité à partir du charbon.

[8] Cette directive européenne n’en fait cependant aucune obligation.


Réagir


CAPTCHA