Villaroche ! Restons vigilants !

Quels trafics sur l'aérodrome de Villaroche après 2015 ?

 

Avec le fidèle soutien de ses adhérents, l' Association de Défense de l'Environnement de Sénart et Environs (A.D.E) est mobilisée depuis quarante-trois années pour la sauvegarde de  la qualité de vie dans les huit communes de Sénart 77 et celles des environs, en particulier contre les nuisances aériennes qu'il s'agisse du non respect des altitudes par les avions d'Orly au-dessus de Sénart, mais aussi et surtout contre les nombreux projets de développement du trafic sur l'aérodrome de Villaroche, une plate-forme fort convoitée depuis 1971.

 

Cette plate-forme a accueilli en 2007 le Syndicat Mixte du Pôle d'Activités de Villaroche (SYMPAV) regroupant des activités en rapport avec l'aéronautique, mais sans besoin de faire appel au transport aérien, sauf pour la SNECMA et le Groupe SAFRAN. Six années de répit donc, jusqu'en 2013, avec le soutien des élus du San de Sénart, de la Communauté d'Agglomération de Melun Val de Seine (CAMVS) et du Conseil Général de Seine et Marne.

 

Mais voici justement qu'en 2013, les pistes cherchent à se réveiller avec l'arrivée de l'aviation d'affaires, et un projet de fret aérien.

 

L'aviation d'affaires  

On se rappelle cette riche américaine qui pose régulièrement son luxueux jet privé à Villaroche. Personne ne s'est alarmé pour UN jet, sauf l'A.D.E qui demande que l'on considère qu'il s'agit maintenant d'autoriser jusqu'à cinquante avions par mois d'ici à 2015, sans aucune information sur les perspectives d'évolution. Y aura-t-il statu quo, baisse ou accroissement ? L'accroissement paraît inéluctable dans le cadre d'un développement nécessaire de l'activité économique de la région. Et les infrastructures construites au sol pour accueillir les passagers - hommes d'affaires ou autres - avec leurs bagages existent déjà. Ces infrastructures proposent une salle de conférence, un salon de détente pour les passagers, une salle de repos et de préparation de vol pour les pilotes, la réservation de taxis, de limousines, de chambres d'hôtels, etc. Elles devront de toutes façons être rentables, voire bénéficiaires, et nécessiter toujours plus de passagers donc davantage de vols. Quel avenir donc après 2015 ?

 

Le fret aérien :

Le développement économique de Sénart est entièrement fondé sur la logistique, donc sur le transport de millions de tonnes de marchandises. Or il n'existe que quatre modes de transport : par bateaux, par trains, par camions et par avions. Dans l'un des projets de Contrat de Développement Territorial (C.D.T) de Sénart, la nécessité d'utiliser l'aérodrome de Villaroche pour le fret aérien était clairement spécifiée (page 110 – Action 3.3.5). L'A.D.E est intervenue, et la ligne mentionnant l'utilisation de l'aérodrome a été supprimée. C'est une victoire, mais il faut rester vigilant car le besoin de transporter les marchandises par air reste intact et lui, n'a pas été supprimé d'un trait de plume.

Ce besoin est d'autant plus grand que l'aérodrome concerne en fait tout le quart sud-est de l'Ile de France  avec sa piste est-ouest longue de deux kilomètres, sa tour de contrôle moderne, son système ILS (atterrissage aux instruments par tous temps), et ses horaires d'ouverture sans restriction.


L'A.D.E, association officiellement agréée et habilitée, en contact avec les élus locaux, est aux côtés des habitants pour les préserver entre autres des survols aériens, mais il faut aussi que ces mêmes habitants soient à ses côtés, que de nouveaux bénévoles se lèvent, rejoignent son Comité de Direction, et participent activement.

 


Réagir


CAPTCHA