Communiqué de presse du vendredi 28 juin

Communiqué de presse

A.B.C (Association des Bois du Canton), A.D.E Sénart (Association de Défense de l’Environnement de Sénart et ses environs), ADIR (Association de Défense de l’Intérêt des Riverains du Bois des Saints Pères), ARNASSEN (Association pour la Reconnaissance de Noisement, l’Aménagement de son Site, et la Sauvegarde de son Environnement Naturel), D.D.N.A (Développement Durable, Notre Avenir)

 

Sénart condamné à 15 ans de travaux forcés … logistiques !

 

 

 

Le projet de Contrat de Développement Territorial (CDT) entre l’'Etat et Sénart, sur les territoires des deux SAN de Sénart (Sénart Ville Nouvelle en Seine-et-Marne et SAN de Sénart en Essonne), couvrant le territoire de 12 communes, a été approuvé par son comité de pilotage le 15 mars 2013.

 

Des associations sénartaises ont participé autour de ce projet à la concertation, laborieusement concédée par le SAN de Sénart et très insuffisante : aucun débat public à ce sujet n'’a été organisé jusqu'’à présent par les initiateurs du projet.

 

Or ce projet engage l’'avenir de Sénart pour une durée de 15 ans. Il est fondé sur le choix prioritaire de développement de la logistique dite « d’'excellence », déjà omniprésente, assorti d’un volet écodéveloppement aux contours très vagues faisant figure d'’alibi. Près de 50 000 habitants nouveaux sont prévus – Sénart dispose d'’importantes réserves foncières – alors que l’'éventualité d’'une gare TGV, avancée en contrepartie à l’'échéance lointaine 2020-25, reste très incertaine.

Nos associations ont contesté ces choix précipités et dangereux pour l’'équilibre et l’'avenir de Sénart et demandé l’'ouverture d’'un débat public.

 

Un arrêté préfectoral a récemment fixé la  date d’'enquête publique sur ce projet de CDT entre le 28 juin et le 30 juillet prochain, en pleine période de congés d’'étéNous élevons les plus vives protestations contre cette décision qui va priver une bonne partie de la population de Sénart de sa faculté d’'exprimer un avis.

 

Nous demandons aux préfets que les délais de cette enquête soient prolongés jusque fin septembre afin de permettre au plus grand nombre d’'habitants de s’'exprimer. La ministre de l’'environnement a fixé le délai de clôture des CDT à fin décembre 2013. Il n'’y a donc pas d'’urgence telle que cette enquête publique soit ainsi précipitée et glissée en catimini pendant la période des congés d’'été.

 

Nous demandons :

Æ la mise en place par les préfets et les SAN, d’'un site Internet permettant à chacun de disposer d'’informations complètes  sur le dossier d’'enquête du CDT, et de déposer en ligne par mail ses observations à l’'attention du commissaire enquêteur, comme la possibilité en est ouverte par la loi;

Nous demandons l'’organisation :

Æ  de réunions publiques dans chaque commune, préalablement aux votes des conseils municipaux;

Æ d'’un débat public général à Sénart, dans le cadre de l’'enquête publique.

 

Sénart, qui fête cette année ses 40 ans, a atteint depuis longtemps l’'âge de la majorité, et ses 115 000 habitants (150 000 dans 15 ans) méritent mieux qu’'un maintien sous tutelle.

 

L’'avenir de Sénart  doit appartenir à sa population. 

 

 

 

Une enquête publique au mois de juillet alors que rien ne l'’impose. Pourquoi ?

L'’expression des Sénartais serait-elle dérangeante ?

 

 

 


Réagir


CAPTCHA